2008

Pouchkine - Traversée

Mise en espace :  Xavier Béja

Avec : Svetlana Lifar (Mezzo Soprano), Stéphane Spira (Piano) & Xavier Béja (Comédien)

Gris Raccord Vintage Européen YouTube Vignette (11).png

L’aventure du spectacle Pouchkine-Traversée a commencé à l’initiative de Svetlana Lifar dans le cadre d’une « Carte blanche » qui lui a été offerte à l’Opéra de Lyon.

C’est elle qui a choisi les airs et mélodies qu’elle souhaitait chanter : Rachmaninov, Tchaïkovski, Borodine, Cui, Glinka….ainsi que les textes, poèmes, extraits de roman qu’elle voulait entendre.

 

C’est ensuite que Xavier Béja a imaginé un espace musical où le poète rencontre sa muse, où celle-ci tour à tour l’inspire, l’enflamme, l’attriste, le rend à la joie du monde, ou à des sujets graves, à la guerre, à la révolte, à la folie, à la mort… Alexandre Sergueïevitch Pouchkine est un immense poète, et c’est cette universalité, cette poésie miraculeuse et profonde que nous avons souhaité faire revivre pendant une petite heure :

Un piano, une table, une chaise, une bougie, un livre, quelques papiers épars sur un bureau, quelques jeux de lumière….

Dans cet espace épuré, trois présences, la chanteuse, le musicien, le récitant, se répondent, s’unissent, et créent un espace musical et poétique unique, une « traversée » des paysages intérieurs du génie...

Le spectacle a été représenté au Grand Théâtre de Tours, à l'Opéra de Lille, à l'Opéra de Nancy, ainsi que lors de la première édition du Festival DIVA au Théâtre de l'Epée de Bois.

La presse en parle...

à 17h40 (16).png

Pour le premier rendez-vous de sa saison de récitals lyriques, l'Opéra de Tours donnait carte blanche à Svetlana Lifar pour un voyage au cœur de sa terre natale, en compagnie du récitant, Xavier Béja, et du pianiste, Stéphane Spira.

 

Bercée par la langue russe, la troïka parcourt dans une fusion d'âme la Russie, empruntant les routes tracées par Pouchkine. Le piano profond et libre, la voix envoûtante de la mezzo, la poignante présence du comédien qui habite les mots avec la force de la sobriété, traversent tempêtes de doute et solitudes glacées, par les sentiers d'une carte du tendre dé chirée, certains pourtant que « l'amour est toujours possible».

A chaque étape du chemin, la musique de César Cui, Rachmaninov, Borodine, Glinka (et tant d'autres...) prend la parole pour clamer, par la voix troublante de Svetlana Lifar, tourments et espoirs, sous le regard éperdu de Xavier Béja.

Dans ce foyer du théâtre où la saison réserve encore de beaux moments, Svetlana Lifar jouait, avec ce récital théâtralisé, sa carte blanche, atout (à fendre le) cœur.